Piaynemo

Les Raja Ampat : un paradis à préserver

Lundi 11 mai 2020 / Temps de lecture : 25min

I) Du côté pratique

1- Pourquoi y aller?

Les Raja Ampat sont un archipel de plus de 1500 îles situé à l’ouest de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Ce territoire appartient à l’Indonésie.

Carte des Raja Ampat

Les Raja Ampat sont situées au centre du Triangle de Corail, cœur mondial de la biodiversité corallienne contenant la plus riche diversité d’espèces de coraux (75 % selon The Nature Conservancy) connues dans le monde. (Source Wikipedia)

Cette même organisation, The Nature Conservancy, a trouvé plus précisément, 505 espèces de coraux et 1320 espèces de poissons dans l’archipel des Raja Ampat.

L’UNESCO envisage de mettre les îles Raja Ampat sur sa liste du patrimoine mondial comme zone ayant la plus riche biodiversité marine de notre planète.

Pour en connaître davantage, je vous recommande vivement de regarder le reportage Netflix, Terre en lumière – Saison 3 – Un paradis en péril sur les Raja Ampat: Fascinant de beauté.

Il nous fallait découvrir cela de nos propres yeux!!!

Mis à part ses fonds marins sublimes, nous souhaitions découvrir cet endroit peu touristique, pas encore abîmé par le tourisme de masse tant qu’il est encore temps. Cette destination est éloignée de tout, difficile d’accès et c’est cela qui nous faisait vibrer. Vivre l’authenticité. D’ailleurs, c’est ici qu’a été tournée la saison 11 de Koh Lanta en 2011.

En bref, pour venir aux Raja Ampat, mieux vaut aimer :

  • le snorkelling et la plongée,
  • chercher l’authenticité,
  • les lieux reculés, peu touristiques.

2- Comment rejoindre ce paradis du bout du monde?

L’aéroport le plus proche se trouve à Sorong. Nous y sommes arrivés via Air Asia depuis Jakarta en 4h de vol.

Air Asia et Batik Air sont les 2 compagnies qui opèrent ce vol à ce jour.

J’ai un avis mitigé sur Air Asia qui m’a profondément agacée. J’ai réservé les billets fin Octobre pour Mars et j’apprends par texto qu’ils changent les jours et horaires de vol et nous imposent les nouvelles dates sans nous consulter. Le vol aller était décalé de quelques heures et le retour décalé de 2 jours. Une vraie galère quand on a d’autres vols à suivre et les réservations d’hébergement déjà faites. De plus, ils sont injoignables! J’ai réussi à avoir un mail de la compagnie à l’aéroport de Brisbane en Australie. Le voici pour ceux qui en aurait besoin, ils répondent : clientsupport@airasia.com.

Cependant, nos 2 vols, aller et retour se sont bien déroulés, aucun retard !

Arrivés à Sorong, il faut prendre un taxi (10 min) pour se rendre à l’embarcadère du ferry pour Waisai. On n’aime pas les négociations et se faire avoir. Nous avons checké les tarifs des taxis sur internet juste avant et avons payé le juste prix : 100.000 IDR soit 6€.

C’est à l’embarcadère de Sorong que nous avons acheté le Raja Ampat Marine Park entry permit (700 000 IDR par personne soit 43€ environ). Nous faisons la queue.

Ce permis nous sera demandé lors d’excursions ou d’arrivée sur une île mais au final, on nous a jamais rien demandé! L’argent collecté est perçu par le gouvernement provincial dans le but de financer une organisation permettant d’assurer la protection marine des Raja Ampat. Les locaux n’ont pas de visibilité sur la manière dont sont alloués ces fonds.

Le trajet Sorong – Waisai en ferry, dure 2h, pas des plus agréables. On est enfermé à l’intérieur, sans rien voir dehors car les fenêtres sont minuscules. Il fait super chaud. Nous somnolons. Il y a 2 départs par jour, à 9 et 14h.

Nous partageons nos premiers moments avec les locaux dans le bateau. Nos voisins nous offrent des petits fruits, des yeux de dragon, que nous mangeons comme des lichis. Adorables! Nous partageons avec eux notre paquet de gâteaux.

Comme prévu, nous prévenons notre homestay par message whatsapp que nous sommes dans le ferry de 9h, afin qu’il soit là quand on arrive.

Waisai : dernière ligne droite pour atteindre le graal ! Nous y sommes presque. Waisai est situé sur l’île de Waigeo, une des plus grandes îles de l’archipel et c’est ici que les homestays viennent nous chercher. Nous marchons 5min jusqu’à l’embarcadère des pirogues. On remplit un formulaire et on nous prend notre température pour le Covid 19. Une organisation de fer, à l’autre bout du monde avec peu de moyens.

Nous attendons environ 1h notre hôte. Dur, dur après 2 jours de voyage. Heureux de le voir arriver et de monter dans sa pirogue!

3- Où loger aux Raja Ampat?

Vous trouverez différents types d’hébergement:

Les resorts : pas nombreux mais il y en a. Ne cherchez pas de chaînes hôtelières aux standards européens, elles ne sont pas là ! Certains ont leur propre centre de plongée. En voici 3 qui nous ont paru sympas : Raja4divers hotel, Papua Paradise Eco Resort, Papua Explorers.

Les bateaux sous forme de croisière plongée sur plusieurs jours: Idéal pour les amateurs de plongée bouteille. Vous faites 2 voir 3 plongées par jour dans des lieux différents tous les jours.

Les homestays : Ce sont des logements typiques, en bungalow, bon marché, au plus près de la vie locale. Une sorte de pension de famille.

Nous avons choisi ce mode d’hébergement. Le site https://www.stayrajaampat.com/ est une association qui regroupe toutes les homestays des Raja Ampat. Il y en a tellement qu’il est difficile de choisir ! Nous nous sommes référés aux notes, commentaires et photos bien sûr. Nous avons réservé en ligne après avoir posé quelques questions par mail à l’association. J’ai toujours eu le même interlocuteur, Doug Meikle, très réactif et sympathique!

Ce site est une mine d’informations avant de vous rendre aux Raja Ampat : les attraits de chaque île, les bonnes pratiques à adopter, les activités à faire, excursions, etc.

Mieux vaut réserver à l’avance votre logement car une fois sur place, il est difficile de communiquer de part la barrière linguistique et du fait que les lieux ne sont accessibles qu’en bateau. Les transferts de Waisai sont généralement aussi organisés à l’avance avec l’hébergement.

II) 1 semaine aux Raja Ampat avec 2 enfants

1- Quatre nuits à Kalabia Homestay sur Arborek

Kalabia homestay

Une grande barque fine de 10m vient nous chercher. 1H30 de trajet pour atteindre Arborek. Nous passons devant les différentes îles que j’avais analysé dans le détail sur internet: Kri, Gam, … La nôtre est toute petite et toute ronde en plein milieu des îles. Elle est toute mignonne. On nous dépose aux pieds de notre bungalow sur pilotis. Nous avons celui du bout, en angle, c’est magique! On a l’impression de dominer le paysage.

Ile d’Arborek, la plus petite… et la plus mignonne !

Présentation de notre homestay – Kalabia

Voici notre bungalow avec une grande terrasse, sans bords. Eva était très prudente.

Nous avons un grand matelas au sol avec une moustiquaire et un petit ventilo au-dessus. Nous captons internet grâce à une grande antenne au milieu de l’île et avons de l’électricité la nuit seulement.

C’est parti pour 4 jours au paradis !

Le soir, nous avons un coucher de soleil de malade devant nous ! Du grand spectacle.

Nous avons merveilleusement bien dormi à 4, bercés par les sauts de poisson sous notre bungalow, sans doute chassés par les petits requins pointes noires que nous apercevons dans 50cm d’eau à la tombée de la nuit.

Dans le séjour commun, la nourriture est servie dès la tombée de la nuit, vers 19H. C’est délicieux! Du poisson, du riz et les légumes merveilleusement bien cuisinés. Ils pourrait faire des cours de cuisine, ça marcherait!

Découverte d’Arborek

L’île comprend plusieurs homestays au bord de l’eau, une supérette et un centre de plongée tenu par Guita, une femme très sympatique, qui joue un rôle important sur l’île, c’est en quelque sorte l’ambassadrice, l’interlocutrice principale avec les habitants et les visiteurs.

C’est un pays musulman donc pas d’alcool. Nous pouvons quand même acheter une bière pour l’apéro à la petite supérette qui est à 2 pas.

La supérette de l’île

Le village compte environ 200 personnes. Les rues sont en sable dur, très bien entretenues. Les villageois ratissent le sol, c’est très propre, contrairement au bord de l’eau où nous avons été surpris de trouver autant de déchets plastiques et polystyrène. Les gens sont d’une grande gentillesse qui se lit à travers leurs beaux sourires. Peu de personnes parlent anglais. Nous communiquons donc à l’aide de sourires, un langage international !

Eva a la cote, les nombreux enfants veulent jouer avec elle et beaucoup veulent lui toucher les joues.

Principale activité : le SNORKELLING (palmes-masque-tuba) et/ ou plongée bouteille

Nous sommes sur le spot parfait, juste devant notre homestay ! Le « must » est de partir de notre bungalow, nager tout droit jusqu’à la fosse à 50m plus loin et se laisser porter par le léger courant jusqu’au ponton principal de l’île. En dessous celui-ci, les poissons se regroupent en grand nombre, ce qui en fait une attraction pour tous les gens de passage! Cette balade aquatique de 30-45min est de toute beauté, magique !

Et après avoir plonger à différents autres spots de snorkelling dans l’archipel, c’est ici que nous avons trouvé le plus sympa et le plus beau, juste devant notre homestay !

Il y a des coraux de toutes les couleurs et d’une diversité incroyable. Nous voyons des poissons aux multiples couleurs, tout ceux que nous pouvons voir dans les différents aquariums, sea world… visités à travers le monde. Ils sont tous là, à nager dans leur habitat naturel exotique, c’est splendide. Des balistes, des napoléons, poissons clown, poissons perroquet, des étoiles de mer bleues, des bénitiers géants aux lèvres bleues, … et bien d’autres dont on ne connaît pas les noms. Nous voyons un énorme poulpe qui prend la couleur du rocher à notre approche, une tortue marine et, quelques requins pointes noires qui s’éloignent à notre approche. INCROYABLE ! Un paradis sous l’eau sans avoir besoin d’aller en profondeur.

Franchement, je vous jure, nous n’avons jamais vu aussi beau qu’ici de tous nos divers précédents voyages (Philippines, Polynésie, Antilles, Australie, Bali, Thaïlande…).

Tour de l’île

Pour changer du snorkelling, petite balade à la découverte du littoral et vérifier que l’île est bien ronde ! Nous avons fait le tour de l’île par la mer, en se jetant dans l´eau toutes les 5 min tellement il faisait chaud.
Nous avons pu voir toutes les homestays de l’île et se dire que la nôtre est très bien placée et très sympa sur pilotis.

Excursions : Piaynemo et spots de snorkelling

Dans les homestays, ils ne proposent pas d’excursions, il faut demander si c’est possible qu’il nous envoie à tel endroit.

Nous avons sympathisé avec un couple d’anglais, Patrick et Tracey, vivant à Jersey et avions des envies communes d’excursions. Nous avons donc partagé le même bateau et fait 2 excursions ensemble. Patrick est un plongeur expérimenté, nous adorons l’écouter et son œil aguerri nous permet de découvrir encore plus de choses sous l’eau. Enzo était aux anges!

Piaynemo

Piaynemo est à 1h-1h30 de bateau. Ce sont des petites îles karstiques recouvertes de végétation tropicale. Il n’y a pas de mot pour décrire ce paradis ! Ce sont ces images qui m’ont fait tombée amoureuse des Raja Ampat. J’étais émue de découvrir ce paysage en vrai.

Il nous a fallu gravir les 300 marches en bois pour découvrir ce merveilleux panorama. Quelle belle récompense une fois en haut ! Ces poussières d‘îles verdoyantes mélangées à la couleur du ciel et de l’eau forment un tableau magnifique !

Nous recommençons l’exercice pour découvrir un 2ème point de vue, sur une autre petite île : une vue différente, aussi magique. Nous apercevons également un lac intérieur à l’eau d’un bleu, presque fluo !

Après ces 2 ascensions éprouvantes, nous dégoulinions ! Place au snorkelling sur le flanc extérieur de Piaynemo. Nous avons nagé avec un banc de maquereaux, un beau napoléon, une tortue à qui il manquait un bout de carapace et une patte, croquées par un requin d’après Patrick. Nous nous sommes également retrouvés nez à nez avec un requin pointe noire. Il arrivait de la fosse et ne nous avait pas vu derrière le corail ! On s’est fait peur mutuellement!

Voici ce que ça donne :

– Snorkelling à Manta Sandy et au Sud de Mansuar

Venir aux Raja Ampat était aussi l’occasion tant attendue de nager avec des raies manta. Chose que nous n’avions pas réussi à faire en Polynésie.

Le jour suivant, nous avons prévu d’aller en bateau sur le spot de Manta Sandy« , le fameux spot de lavage des raies manta. Ce fût un peu plus loin que nous apercevons des remous dans l’eau. On enfile rapidement masque et tuba à nouveau et là, le spectacle commence, un balai. 9 raies tournent en groupe, 2 par 2 ou 3 par 3, en bâtant leurs ailes avec une grâce ultime. Nous sommes proches, très proches, 2 d’entre elles se dirigent vers nous. Nous sommes à moins d’un mètre d’elles. C’est magique. L’une d’entre elle à un gros poisson sous elle. Elles font entre 2 et 3 m d’envergure. Il y a plein de petites méduses d’un cm dans l’eau que les raies doivent manger. Elles ne sont pas urticantes mais picotent légèrement, c’est largement supportable.

Enzo est émerveillé de voir ce spectacle, nous aussi! Il se débrouille comme un chef avec son masque et tuba! Un vrai poisson!





Nous faisons également du snorkelling au Sud de Mansuar. Patrick nous fait découvrir un nid de poissons perroquet, à éviter d’aller trop prêts car ils peuvent mordre et apparemment leur morsure n’est pas sympathique du tout !

Quittons Arborek, que nous avons adorée. Une petite île centrale où l’on fait le tour en 40 min les pieds dans l’eau, avec un village aux gens charmants. Une île sans eau douce, mais avec internet, c’est fou! Un merveilleux souvenir que nous ne sommes pas prêts d’oublier. 😉

2- Deux nuits à la homestay Warimpurem sur Waigeo

Nous changeons d’île ce jour.

Les horaires ne sont pas très fiables. Pour les excursions, on fixait 8h au gars de notre homestay et on partait à 9h, avec un peu de stress sans savoir s’il allait arriver ou pas.
Nous avions convenu que la homestay Warimpurem venait nous chercher à 9h30, heure qu’ils nous ont fixé. Le gars est arrivé à 11h avec son fils sans aucune expression d’excuses. On était dégoûté d’attendre 1h30, car nous aurions eu le temps de plonger avec nos amis anglais pour retourner voir les raies.
Mis à part ça, le temps se gâte et pas de bâche dans la pirogue pour protéger nos sacs lors de la traversée bateau d’1h30 pour l’île de Waigeo. On se fait saucer! Des trombes d’eau pendant bien 45 min.
Nos affaires ne sécheront pas bien. Tout est humide et le temps restera grisonnant. Il pleut les nuits et également le dernier jour dans notre seconde homestay.

Présentation de la homestay Warimpurem

Nous avons un bungalow sur la plage avec un lit double et un lit simple.

Nous aimons un peu moins l’ambiance avec 2 couples de retraités américains qui s’approprient un peu les lieux, la nourriture. Nous mangeons plus tard, c’est à dire, aux heures européennes, 13h et 20h. Nous trouvons que c’est un peu tard pour ici quand il fait nuit à 18h30, qu’il pleut et qu’on n’a pas de quoi prendre un petit apéro… Le service semble un peu plus désordonné. Ils ne débarrassent les tables que vers 19h. Un coup, nous avons de bons beignets de fruits à 18h, belle surprise et l’autre jour, rien… Ce n’est pas régulier donc quand il y a rien, on est déçu😅!

Découverte du village de Saporkren

Nous visitons le village voisin, à 10 min à pied, Saporkren. La promenade est très sympa entre jungle luxuriante et plages de cocotiers.

Les villageois sont très accueillants et tous les enfants sont attirés par Eva. Ils veulent la toucher.

Le village est mignon et propre. Une grande église est en construction, un sacré chantier! Il est 18h, les petits commerces sont fermés. Nous trouvons une échoppe pour acheter un paquet de gâteaux en cas de fringale mais pas de bière disponible!

Beau spot de snorkelling devant notre homestay

Nous partons en snorkelling devant notre plage. Les coraux sont aussi beaux qu’à Arborek. Nous nous régalons. Les poissons sont toujours aussi magiques. Avec Enzo, nous découvrons 3 « nemos » qui semblaient nous attaquer pour protéger leurs oeufs. Trop mignons ! Nous ne les dérangeons pas plus longtemps. Heureusement qu’Eva aime bien être dans l’eau. Elle est avec nous. On la prend par le bras, elle flotte avec ses 2 petits brassards et joue à nous boucher le tuba😉!

Nous devons faire très attention en partant de notre plage car une fois passé l’herbe marine, on trouve le corail où la profondeur se réduit et il devient difficile de nager par endroit. Nous slalomons à travers celui-ci en faisant très attention de ne pas l’abîmer. C’est pour cela qu’il est mieux de nager à partir d’un ponton quand cela est possible. L’idéal serait aussi qu’ils créent un petit chenal avec des bouées pour les nageurs et les pirogues mais les moyens manquent sans doute.

Sur la plage, nous ramassons de beaux coquillages!

Il pleut tellement des cordes l’après-midi que nous ne pouvons bouger pour notre dernier jour. Dommage. Les averses ne découragent pas mes hommes d’aller dans l’eau!

Les oiseaux du Paradis

Nous sommes venus sur cette 2eme île, Waigeo pour tenter de voir les oiseaux du paradis, endémiques de la région. Les îles de Gam et Waigeo sont les rares endroits où l’on peut observer 2 espèces en particulier, l’oiseau du paradis rouge et l’oiseau de paradis de Wilson, avec des tons bleus et rouges. 


Quand nous apprenons qu’il faut partir à 5h du matin, marcher sur un chemin accidenté, de nuit dans la forêt tropicale, avec une lampe frontale et attendre sans bruit que ces oiseaux se présentent, on se dit que c’est difficilement possible avec un enfant de 2 ans. Nous abandonnons l’idée.

On se suffira à entendre leurs sifflements cette fois-ci.

3- Le retour

Un taxi nous ramène en 30min à l’embarcadère de Waisai pour reprendre le ferry pour Sorong. C’est le retour.

Nous logeons au Swiss-Bel Hotel à Sorong. L’hôtel dénote par rapport aux conditions de vie locales. La chambre est bien, il y a une piscine. Les tarifs du restaurant et du bar sont assez chers et le service n’est pas terrible mais nous ne sommes pas mal quand même !

Réveil à 4h45 pour prendre notre vol pour Jakarta.

A Jakarta, on récupère nos bagages à la conciergerie puis prenons un taxi Blue Bird (très important de prendre cette compagnie pour ne pas se faire avoir) pour rejoindre le Millenium Hotel dans le centre de Jakarta où nous séjournons 1 nuit pour attendre notre vol retour vers la France. Hôtel très bien, bon rapport qualité/ prix, très bien placé et personnel au top!

III) Bon à savoir, nos recommandations avant de partir

Voyage :

C’est un long trajet qui mérite d’être préparé mentalement avec les enfants. Pour nous, 2 jours de voyage depuis la Nouvelle-Zélande entre les transports et les temps d’attente.

  • Voici le détail :
    • Réveil 3h15 du mat
    • ✈️Décollage à 6h de Christchurch pour Sydney (3h30 de vol) –
    • 5h d’attente à Sydney –
    • ✈️Sydney-Jakarta (7h30 de vol) –
    • 7h d’attente à Jakarta –
    • ✈️Jakarta – Sorong (4h de vol) –
    • Arrivée à 7h du mat à Sorong – Attente de 2h
    • 🚤9h : Bateau Sorong – Waisai en bateau (2h de trajet)
    • 1h d’attente à Waisai
    • Bateau Waisai – Arborek: 1h30 de pirogue! Arrivée vers 14h!

Besoins médicaux – santé :

Il faut prévoir une bonne trousse à pharmacie. Ne pas oublier les basiques, médicaments pour des maux d’estomac, diarrhée ainsi que des produits répulsifs pour les moustiques. Finalement contre toute attente, nous n’avons pas du tout été embêtés par les moustiques. Nous dormions quand même sous la moustiquaire.

Nous avions préféré prendre un traitement anti-paludisme au cas-où. Celui-ci a généré une diarrhée pour Eva durant tout notre séjour ! Pratique quand on a un nombre limité de couches😂, mais ça a été !!!

L’hôpital le plus proche est à Sorong, soit à 1h30 de pirogue, sinon Jakarta qui n’est pas la porte à côté. Mieux vaut être prudent!

Argent :

Mieux vaut retirer des roupies indonésiennes dès l’aéroport de Jakarta pour être tranquille ensuite. Il faut calculer vos dépenses en amont car il n’y a aucun distributeur sur les îles. Cependant, il semblerait qu’ils acceptent de plus en plus les CB (Centres de plongée, …). Ne pas oublier les 700.000 IDR à régler pour le droit d’entrée des Raja Ampat où la CB est acceptée contrairement à ce que j’avais lu, avec 2% de frais sup.

Téléphone – Internet :

A l’aéroport de Jakarta, terminal des vols internationaux, nous avons trouvé un kiosque pour acheter une carte SIM: 10 go pour 16€ valable 1 mois. Cela est bien pratique pour envoyer des messages whatsapp aux homestays si besoin, pouvoir s’instruire sur les espèces de poissons que nous découvrons, etc.

Dépose bagage :

Si vous avez besoin de vous alléger en valise pour rejoindre les Raja Ampat, je vous conseille la conciergerie FESINDO située à 2 endroits, au terminal international et national à l’aéroport de Jakarta. Ils sont ouverts 24h/24. Très pratique !

Ex: 2 sacs de 23kg, 56€ pour 8 jours.

Budget :

Logement avec nourriture comprise : 550€ pour 6 nuits à 4

Déplacement : 120€ de déplacement en pirogue pour 2 trajets d’1h30-2h.

Loisirs : 2 excursions en pirogue, une à Pianemo et une autre pour se rendre à des spots de snorkelling : 75€ que nous avons divisé par 2 avec un couple d’anglais soit, 32,50€ pour nous.

Droit d’entrée pour 2 adultes (gratuit pour les enfants) : 86€

Total : 790€ pour 1 semaine à 4

A prévoir dans ses bagages :

  • Chaussures de plongée, masque, tuba, (palmes), lycra.
  • Crème solaire « reef friendly »
  • Appareil photo waterproof à 20m absolument!
  • Lampe de poche
  • Shampoing spécial eau de mer, peut être pratique pour les cheveux longs🙄
  • Petit sac étanche pour les excursions
  • Un ou plusieurs sacs poubelle : L’idéal est de ramener avec soi ces déchets à Waisai, voir encore mieux à Sorong mais pas toujours facile quand on est chargé.
  • S’alléger au maximum sauf en maillots! Rien besoin d’autre!

Notre tour du monde se termine en beauté avec cette dernière destination extraordinaire ! Nous sommes heureux d’avoir pu découvrir ce paradis terrestre et maritime qui vaut le détour quand on aime la beauté sous-marine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *