Récit de voyage en famille : Ile du Nord – Nouvelle-Zélande

Février 2020 – Temps de lecture : 20 min

Avec ce confinement, je prends le temps de vous raconter notre périple en Nouvelle-Zélande. Un mois de Road Trip, tellement de choses à partager que j’ai choisi de vous le raconter en mode « récit de voyage en famille » en 2 parties. L’Ile du Nord ici, puis viendra l’île du Sud dans un second article.

Du 2 au 14 Février : Découverte de l’île du Nord ou le pays des volcans

  • 2 jours à Auckland
  • 10 jours de road trip

2-3 février : Auckland, une ville positive, moderne et nautique !

Arrivés à l’appartement vers 1h du matin, nous découvrons le downtown et la célèbre Sky Tower de nuit et sommes excités du lendemain pour découvrir la ville.

Des bateaux, des marinas partout!!!! Nous sommes aux anges🤗!

Les docks sont aménagés à merveille avec des bars, restaurants en direct de la criée, un marché aux poissons, des bureaux ultra-modernes où les gens vont travailler en trottinette à tout heure… le contraste de tout ce mix est sympa!

Nous sommes agréablement surpris que la population maorie soit si importante, cela nous dépayse totalement et nous fait réaliser que nous sommes à la porte des îles du Pacifique.

Voici nos activités à la découverte de la ville sur 2 jours:

  • Ballade sur le front de mer, sur les docks et la marina. Entre les deux, se trouve le bâtiment de la Team New Zealand pour l’America’s Cup. Le bateau de la dernière course suspendu en l’air sur le devant du building, c’est impressionnant! La prochaine America’s Cup se déroulera ici en 2021. Le business des produits dérivés est déjà en place: une boutique de l’AC dans le centre ville et une belle boutique de la Team NZ dans leurs locaux. Les docks sont en pleine construction d’appartements de luxe, la course de 2021 doit y être pour beaucoup!
  • La Sky Tower, l’emblème de la ville. Nous sommes montés au 52ème étage pour admirer la ville. Il est possible de sauter à l’élastique de la tour pour ceux qui aiment l’adrénaline! Eric a hésité.
  • La rue commerçante, l’artère principale : Queen Street (Sephora, Quicksilver, etc.), ouverte tous les jours même le dimanche.
  • Tour en voilier d’une heure et demi dans la baie d’Auckland avec la société Explore. Eric a barré le bateau pendant 20/30min, en passant sous le pont d’Auckland. Les conditions étaient parfaites, beau temps, petit vent!

Nous avons le van demain et hâte de découvrir les différentes marinas de cette magnifique baie! 

Notre logement Air Bnb pour 3 nuits:

Le lien par ici

Vue sur la Sky Tower et les docks: au top!

Le meilleur moment est au soleil couchant lorsque les buildings se parent de couleur rosée, comme une impression de dominer la ville.

La ville d’Auckland nous a beaucoup plus. Cette ville a l’air très agréable à vivre, tournée vers la mer et qui semble assez dynamique. Nous aurions voulu nous installer à l’étranger, cette ville aurait pu nous plaire!

4 février : Prise en main du van

Maintenant, c’est parti pour 10 jours de road trip sur l’île du Nord à bord de notre van Jucy!

Notre parcours sur l’île du Nord :

Arrivée à l’agence Jucy , rapides explications puis prise en main de notre van vert!

Eric apprécie qu’il soit beaucoup plus maniable que le camping-car loué en Australie, parfait pour la conduite sur les routes sinueuses de la Nouvelle-Zélande.

Le caddy plein, nous avons réussi à tout rentrer dans le frigo et le placard! Un jeu😋!

Nous traversons le pont d’Auckland en direction de Takapuna, pour admirer la ville de l’autre côté de la baie, puis jusqu’à la pointe à Devonport.

Entre lac et mer, l’eau est de tous les côtés. Les maisons sont belles et immenses. Ils ont du style, comme en Australie, avec beaucoup de bardage.

Même en quittant la grande ville, la périphérie côtière reste très animée, il y a beaucoup de commerces et de la circulation.

Nous prenons un petit bain dans la mer, côté baie d’Auckland, plus calme. L’eau doit être autour de 21 degrés, rafraîchissante, ça fait du bien! Il fait chaud.

Nous longeons la côte Est, nous sommes toujours très surpris par l’urbanisation, toutes les collines sont remplies de maisons quasi les unes sur les autres!

Et en effet, la densité est de 18,33 hbts/km2 contre 3,27 hbts/km2 en Australie.

Le soir, nous nous trouvons un parking face à une plage à Long Bay, à 30 min d’Auckland. Nous pouvons camper moyennant 16$ à payer en ligne.

Pour la petite histoire : Impossible de s’enregistrer pour régler sur le net, un code de sécurité est automatiquement envoyé sur mon tel français qui est coupé et impossible de modifier cela. Nous laissons tomber.

Le lendemain, un jeune ranger du Council, arrive en vélo et nous demande si nous avons payé pour dormir là, nous lui expliquons notre soucis. Il nous répond en souriant que c’est courant et qu’on peut s’enregistrer dans des bureaux d’office du tourisme dans les villes du Nord-Est. J’aime cette relation de confiance. De bonne foi, j’y suis allée le jour suivant et la nana n’a rien compris de mon explication, elle n’avait pas l’air au courant d’un quelconque paiement ici😂. Nous avons laissé tomber et n’avons pu eu ce soucis de paiement en ligne dans les autres campings sauvages.

Un petit ennui apparaît, nous nous apercevons que la batterie de servitude ne tient pas. Jucy nous répond que c’est sans doute parce que nous n’avons pas assez roulé.

La nuit fût belle, un ciel paré de milliers d’étoiles, on laisse la porte du van ouverte face à la mer, c’est beau et il fait chaud.

5 février: Un Cap Reinga, ça se mérite !

Route non stop vers Cap Reinga, la pointe extrême nord. Nous prenons la route n.1, jusqu’au bout! Ce n’est pas le parcours « standard » d’un tour en Nouvelle-Zélande mais justement, c’est ça qui nous plaît! Découvrir des choses différentes de ce que nous lisons sur les guides ou les blogs de voyage.

La route est longue mais les paysages sont beaux, très volcaniques, vallonnés avec des champs de bœufs bien dodus. Et oui, pour l’instant, nous rencontrons plus de boeufs que de moutons. Les forêts sont remplies de fougères géantes! Si seulement, nous pouvions ramener quelques plans dans nos bagages pour en planter chez nous!!! Elles sont magnifiques et nous font vraiment réaliser que nous sommes en Nouvelle-Zélande !

Nous apercevons des plantations de kiwis (on regarde sur internet à quoi ça ressemble pour être surs😉) et des vignobles. Tous les noms des petites villages que nous traversons sont maoris. C’est exotique, dépaysant: Rarawa, Te Hapua, Tapotupotu Bay.

Après 7h30 de route, nous voilà au bout du bout! Un paysage à couper le souffle, le phare à sa pointe. Nous marchons jusqu’à lui, 1km environ. Ce lieu est chargé de croyances et d’histoire. Nous sommes à la confrontation de l’océan Pacifique et la mer de Tasman, les vagues se confrontent. Par tempête, les vagues peuvent atteindre 10m de hauteur apparemment.

Nous passons la nuit dans un camping face à la mer, à Tapotupotu, 37,50$ pour ne pas avoir d’eau, que des toilettes sèches, pas très intéressant. C’est mieux de frauder😜🤫.

La batterie interne ne tient pas mieux, que 10 min de lumière après 7h30 de moteur. On a le frigo rempli de nourriture qui nous stresse un peu.

Cap Reinga

6 février: Dunes de sable, arbres géants et soirée avec les Maoris

Nous commençons la journée par les Giant Te Maki Sand Dunes, une dune plus grande que celle du Pilat. Enzo s’est éclaté! Il a glissé en planche de body sur le sable que lui avait gentillement prêtée une famille hollandaise. Nous avons fait notre sport de la journée en grimpant au sommet de cette grande dune avec Eva dans le dos pour Eric😅!

Whangaroa harbour: charmant petit hameau avec beaucoup de vedettes de pêche.

Le paysage est vallonné et dentelé, on ressent comme une force terrestre avec tous ces volcans et on imagine l’activité sous nos pieds. La côté est magnifique, découpée, ce qui crée des multitudes d’abris pour les voiliers que nous voyons un peu partout.

Nous avons envie de visiter tous les recoins, toutes les pointes, tous les petits ports de pêche. Malheureusement, même en tour du monde, nous avons un timing et un mois en Nouvelle-Zélande nous paraissait bien mais, finalement un peu trop court pour avoir le temps de s’imprégner des lieux!

Forêt de Puketi à Manginangina, une petite promenade pour découvrir les Kauris, les fameux arbres aux troncs allant jusqu’à 5 m de diamètre et datant de plus de 2000 ans. C’est prenant de se trouver tout petit à côté et nous essayons d’imaginer ce que ces arbres ont vécu!

Falls de Haruru sur la route, on adore les cascades!

Après les dunes de sable et les arbres géants, nous arrivons à Waitangi, là où a été signé le fameux traité de Waitangi en 1840 entre les chefs Maoris et les anglais, qui fait débuter l’histoire de la Nouvelle-Zélande.

Pour ceux qui veulent un peu d’histoire, par ici.

Un festival est organisé dans cette petite ville pour fêter cela mais malheureusement, nous arrivons un peu tard et avons loupé les festivités. Par contre, il y reste beaucoup de monde et les campings sont complets. Nous décidons de s’installer en mode « roots » en bord de plage où plusieurs vans sont déjà installés. Ca a l’air d’être plus laxiste aujourd’hui au niveau des campements. Nous sommes merveilleusement bien installés, avec la mer à 4 mètres, entourés de familles maories venant fêter l’événement.

A côté de nous, ils ont sortis leurs bouteilles de whisky, gin, vodka. Toute la famille a le même tatouage de la lèvre au menton. De l’autre côté, une autre famille maorie est installée avec beaucoup d’enfants. Ceux-ci sont curieux et viennent nous voir. Enzo se baigne avec eux. Le plus âgé tente de prendre la cigarette électronique d’Eric pour tester😄. Un bon moment que nous n’aurions pas vécu dans un camping classique!

7 février : Pause technique chez Jucy

Réveil à 6h30 avec, devant nous, une mer d’huile et le soleil qui se lève derrière les montagnes. Nos voisins maoris sont déjà debout! Ont-ils dormi?

3h de route pour rejoindre Jucy à côté d’Auckland, pour changer la batterie service.

3h chez Jucy… Très galère et quelques hausses de tons pour qu’ils acceptent de nous changer la batterie. Ils nous ont offert l’entrée dans un zoo près de l’aéroport pour patienter, où nous avons vu 1 kiwi, dans le noir. Nous sommes ravis d’avoir pu apercevoir cette petite poule endémique de la Nouvelle-Zélande, vivant dans l’obscurité!

Batterie neuve, nettoyage de frigo et nouveau ravitaillement, nous prenons la route pour Whitianga, à 2h30 de route. Jolie petite ville au bord de l’eau avec des bateaux. Eric commence à accuser la fatigue de la conduite… 3 jours à avaler des km.

PS : Ayant oublié mon permis de conduire français en France, je n’ai que mon permis international qui n’est pas suffisant pour avoir le droit de conduire en van de location.

8 février : Sites touristiques de la presqu’ile de Coromandel : un peu déçus

Hot Water Beach : un phénomène époustouflant! A marée basse, on vient ici pour creuser à la pelle (qui peut se louer) de grands trous et créer sa propre mare d’eau chaude, brûlante même. A 2 km de profondeur, l’eau est à 170 degrés. Cependant ce site est beaucoup trop touristique à notre goût. Nous sommes freinés par l’aspect de cette plage, enlaidie par tous ces touristes avachient dans leur trou et tout ce sable remué.

Les enfants s’éclatent à patauger. Eric part nager et fait une belle rencontre.

Ce sera le meilleur souvenir de cette plage : des dauphins viennent surfer dans les vagues juste à côté d’Eric, parti à leur rencontre.

Cathedrale Cove :

Arrivés dans la ville de Hahei, nous cherchons un parking pour aller voir Cathedrale Cove. Après avoir réussi à trouver une place, on accède au lieu par une marche de 40 min. Nous hésitons avec Eva à porter sur le dos puis on se dit que nous avons vu ce type de paysage magnifique sur la Great Ocean Road en Australie et que ça ne vaut pas le coup de marcher 1h20 et se retrouver avec tout ce monde! C’est très touristique.

On ne s’attendait pas à cela en venant en Nouvelle-Zélande et tous les touristes visitent les mêmes spots.

Nous nous éloignons et nous trouvons un petit endroit paisible face à la mer à Tairua. La baie est superbe avec un coucher de soleil qui intensifie le vert de la végétation et le marine de la mer.

Demain, nous décidons de ne pas visiter Hobbiton, le village des Hobbits, pour les mêmes raisons: trop touristique et par ailleurs, le site ne se visite qu’en visite guidée en 1h30. Nous ne sommes pas intéressés. Nous voulons voir de beaux paysages.

Pour être francs, pour l’instant, nous sommes un peu déçus des spots que nous visitons. Nous nous attendions à avoir l’effet « WHAOU » de la Nouvelle-Zélande par rapport à ce qu’on imaginait et pour l’instant, c’est joli mais pas, WHAOU à ce point.

9 février : Place à la géothermie

Rotorua, la ville aux phénomènes géothermiques, 3h de route.

Dans les rues, la fumée sort des égouts. Nous pensions que ça allait sentir davantage les oeufs pourris mais finalement pas aussi intense que déjà vécu, à Methana en Grèce. C’est supportable.

Direction les Geysers de Te Puia comprenant le plus grand geyser de Nouvelle-Zélande, le Pohutu, projetant de l’eau à plus de 30m de hauteur, 20 fois par jour. On a pu voir cette fameuse pression d’eau en l’air, c’est impressionnant. Il y a une piscine naturelle derrière d’une bleue turquoise qui donne très envie de se jeter dedans.

Cette grande réserve thermale comprend plus de 500 sources, on entend l’eau bouillir un peu partout autour de nous. De la boue jaïe de mares, pas très appétissant mais assez magique! Nous découvrons l’art Maori à travers différentes œuvres et statuts exposées.

Bain relaxant dans les sources d’eau chaude au camping qui oscillent entre 35 et 42 degrés.

10 février: visite, sport et détente

Agréable moment à découvrir le village Maori de Whakarewarewa, tôt le matin, village, paisible, sans beaucoup de monde. C’est un village habité par des maoris ayant gardé les traditions d’antan, on y voit les bains, le lavoir, les maisons d’époque… Nous faisons une balade vers le lac, passons par un étang qui boue, recouvert de fumée, c’est très impressionnant, mystique! Ça grimpe, la vue est magnifique sur le lac bleu turquoise, avec des grosses bulles par-ci, par-là… les lattes de bois du chemin sont noires avec la chaleur.

Spectacle de danse maorie d’une demi-heure faisant très plaisir aux enfants, et Eva, surprise d’entendre les cris de guerre Haka😂.

Pour digérer le déjeuner, quoi de mieux qu’une promenade à 20 m de hauteur dans les gros séquoias de la Redwoods Whakarewarewa Forest. Interdiction de porter Eva pour des raisons de sécurité, elle s’est éclatée et bien dépensée à marcher sur les passerelles!

Taupo à 1h. Nous choisissons de ne pas faire les sites de Waimangu Volcanic Valley, ni Wai O Tapu qui sont d’autres sources volcaniques qui ont l’air magnifique. Il faut faire des choix, c’est frustrant mais nous aimerions prendre le bateau pour l’ile du Sud le 14/02, et avoir 15 jours plein à découvrir les belles choses qui nous attendent là-bas aussi, une île encore plus nature d’après les dires.

Avant Taupo, nous nous arrêtons aux Huka Falls, c’est une gorge du fleuve qui se resserre étroitement à un endroit et génère un torrent très puissant et bleu cristallin. Les remous sont forts!

A Taupo, le lac est entouré de plage. Nous sautons dedans et admirons le panorama grandiose sur le Tongarino National Park avec le Mont Ruapehu enneigé culminant à 2797m, la plus haute montagne de l’ile du Nord.

Apéro sur le Lac de Taupo
Lac Taupo

11 février : Entre volcan et lac

Réveil sur le bord du fleuve Waikato, plus long fleuve de Nouvelle-Zélande, fumant de brume du matin. Les enfants sont encore dans leurs doux rêves, nous profitons pour faire un petit saut en amoureux dans l’eau transparente. Le soleil monte tranquillement au-dessus de la végétation luxuriante pendant notre petit-déjeuner, nous sommes accompagnés de canards à la recherche de quelques petites miettes.

RDV à 10h30 au Rapids Jet, près des Huka Falls pour Enzo et Eric (interdit aux enfants de moins de 5 ans), un speed boat à sensations fortes allant à plus de 90km/h dans les gorges! Je les ai retrouvé bien secoués mais heureux après 40min😅!

Nous sommes fiers de notre petit Enzo!


La matinée se poursuit au Craters of the Moon. Impressionnant! Une grande première pour nous de se balader dans un volcan. Le chemin est constitué de lattes de bois avec des cheminées de fumée partout autour de nous. C’est très actif là-dessous!!!

Certains trous sont plus importants que d’autres, ce sont de vrais cocottes minutes! La vapeur se dégage avec une forte pression et un bruit d’air terrifiant! C’est magique, on se sent tellement petits face à Dame Nature! Nous avons l’impression d’être transportés direct dans le Seigneur des Anneaux!

Cette région géothermique nous a transporté! Ça y est, nous accrochons avec la Nouvelle-Zélande et oublions les sites trop touristiques que nous n’avons pas aimés!

Vers 17h30, direction Napier. Magnifiques paysages de volcans sur la route.

12 février: On avale les kilomètres

Visite de Napier, jolie petite ville de style Art Déco, totalement reconstruite après un séisme en 1931. Nous découvrons un petit port de pêche avec des airs de Bretagne. Il y a également un port de plaisance comportant des cafés, bars et restaurants devant.

Cette ville est assez touristique grâce aux escales de bateaux de croisière. Nombreuses boutiques offrent des articles de style Art Déco. On se croirait dans l’ancien temps.

Te Mata Trust Park à 15 min de Napier nous offre une vue spectaculaire sur les vallées et la mer. C’est très aride en ce moment. On a même du mal à reconnaître la photo de ce paysage dans notre guide Lonely Planet où ce même endroit est verdoyant.
On appelle Jucy pour réserver notre traversée pour l’ile du Sud le 14/02 mais il n’y plus de places en journée alors qu’en cherchant sur Internet, plusieurs horaires ce même jour s’offrent à nous.

L’île du Sud sera donc le 15/02 à 13h pour nous. Nous n’aurions pas dû prendre les billets par le biais de Jucy. Nous aurions eu plus de choix dans les dates et horaires. Bref… à savoir pour les prochains voyageurs!

Direction le Cap Palliser. Nous sommes en fin de journée et sommes un peu fatigués par la route? Nous souhaitons faire une courte pause, qui se termine par un restaurant à Martinborough.😅

Martinborough est une petite ville au cœur de la région viticole de ce même nom. Nous y trouvons une belle petite place centrale avec deux restaurants-bars de style anglo-saxon colonial, en bardage et terrasse à colonnes. L’endroit nous appelait pour déguster le vin de la région!

Nous ne regrettons pas car nous passons un délicieux moment à déguster du vin local, à bien manger sous la bienveillance d’un serveur adorable au Martinborough Hotel.

Sur la route, plusieurs vignobles mais surtout des moutons! Ça y est, on les voit bien, c’est ici qu’ils sont tous regroupés.


Direction de nuit au Cap Palliser après avoir évité des moutons égarés et des lapins😅.

Nous ne voyons pas les abords de la route. Elle a l’air très étroite et la mer ronronne en contre-bas. Arrivés versminuit, nous dormons face à la mer à Ngawi, dernier petit village de pêcheurs avant le Cap Palliser. Hâte de découvrir le paysage le lendemain! Nous nous endormons bercés par les vagues puissantes en provenance de l’Antarctique.

Cap Palliser

13 février : direction la capitale

Réveil magique à 2 mètres de l’eau, le vent nous balaye le visage, des airs de Bretagne encore! C’est sans doute pour cela que nous nous trouvons dans notre élément😉!

Avant d’arriver au Cap Palliser, nous sommes interpellés par de petites choses noires dans l’eau. Nous nous arrêtons et quelle surprise: des phoques partout, dans l’eau, sur les rochers! Ils ne sont pas peureux. Il y a des petits qui barbotent dans les marres entre les rochers. Magique!!!

Nous montons les 252 marches pour atteindre le phare qui offre une vue magnifique sur la baie entre une mer formée, turquoise et la chaîne de montagnes arides.

Nous sommes dans un endroit préservé avec très peu de monde. C’est sauvage. On se sent au bout du monde et respirons le bon air pur!

Nous ne regrettons pas cette bifurcation vers le Cap Palliser! Il valait le coup!

Route retour vers Wellington de jour: une route de toute beauté entre mer et montagne. Nous longeons la mer. Il y a des travaux. Cette route, à flanc de falaise, doit être fragile et on imagine à quel point la mer doit taper fort par moment.

Le mélange des couleurs entre rochers, sable soir et mer turquoise est splendide! Une belle surprise qu’on recommande à tous visiteurs de l’île du Nord en quête de paysages bluffants!!!


Wellington: Capital de la Nouvelle-Zélande, ville aux airs dégantés, out of the box!

Les gens ont tous des looks atypiques. La cigarette électronique est reine ici. Nous trouvons un concept-store bien sympa qui vend des cigarettes électroniques, des vêtements, bougies et autres objets où l’on peut boire un café.

Wellington est la ville au plus grand nombre de bars par habitant au monde! Obligés de prendre l’apéro dans l’un d’eux suivi d’un restaurant indien!

Pour la nuit, nous trouvons un parking à camping-car dans le centre ville, très bien placé, avec l’électricité mais pas de toilettes…!

Le gros inconvénient des villes est la difficulté à trouver des toilettes publics, alors que sur la route, nous en trouvions régulièrement et toujours avec du papier!!!

14 février : Dernier jour sur l’île du Nord

Nous devons quitter le parking à 8h pour laisser place aux gens qui travaillent.

Café latte et Americano « to go » dans le café au coin de la rue.

Nous allons prendre notre petit-déjeuner sur le mont Victoria en empruntant une route sinueuse afin d’admirer la ville d’en haut, puis, nous visitons le musée Weta Cave sur l’industrie cinématographique néo-zélandaise, très dynamique et reconnue notamment avec le succès du Seigneur des Anneaux, King Kong, le Hobbit, Avatar, … Nous découvrons l’envers du décor avec la fabrication des costumes, les impressions en 3D… Un travail titanesque. Plus de 4000 personnes travaillent dans le milieu du cinéma ici.

Mont Victoria
Musée Weta Cave
Route côtière près de Wellington

Nous partons découvrir les alentours de la ville et longeons la côte entre falaises et mer turquoise. Nous passons des petits villages aux maisons vue mer. La vie a l’air paisible et agréable ici.

Le soir, nous choisissons de passer la St Valentin dans un vrai camping, de la chaîne Top 10, afin de faire quelques machines et se faire propre. Ce choix est purement par nécessité car ces campings n’ont aucun charme. Nous sommes en face de l’air de jeux pour enfants. Ils s’éclatent et nous, en amoureux😉.

Nous arrivons à la fin de notre road trip sur l’île du Nord. Le lendemain, nous serons d’attaque pour l‘île du Sud. Je n’ai pas évoqué ici, notre vie en van, ce que nous avons pensé des gens, le mode de vie et bien d’autres choses mais pour ceux que ça intéresse, nous échangerions volontiers avec vous ! N’hésitez pas à nous contacter.

A très vite pour la suite !





Laisser un commentaire