Récit de voyage en famille : Ile du Sud – Nouvelle-Zélande

Février 2020 – Temps de lecture : 30 min

Après avoir découvert l’île du Nord, le road trip se poursuit pour 2 semaines sur l’île du Sud.

Du 15 au 29 Février 20 : Découverte de l’île du Sud ou le pays des cascades, des lacs et montagnes.

Nous sommes tombés sous le charme des paysages de l’île du Sud et espérons vous faire voyager avec nos illustrations photos.

Ci-dessous, notre parcours de Picton à Christchurch:

15 février : Belle navigation jusqu’à Picton et dégustation de moules!


Traversée de 3h30 de bateau entre Wellington et Picton, où nous passons par les Marlborough Sounds, une région de fjords. Les paysages sont splendides. Il y a des petites cabanes et maisons accessibles en bateau uniquement, au milieu des forêts et dominant la mer. L’eau est bleue émeraude. Il y a des voiliers dont un catamaran au pavillon français que nous dépassons avec notre gros ferry! Nous sommes surpris en arrivant, les villes Picton, Nelson et d’autres sont assez grandes, Mc Donalds, Starbuck sont là!

Arrivée à Picton

Débarqués à Picton, nous nous dirigeons vers Havelock, à l’ouest dont j’ai lu que la spécialité est la belle grosse moule.

La route est sinueuse et luxuriante, il y a des fougères géantes partout!

Certaines montagnes sont dégarnies à cause de l’exploitation du bois, ce qui nuit à la beauté du paysage. Nous espérons que la plantation est aussi active que la déforestation. Nous nous installons à Havelock dans un petit resto pour goûter aux bonnes moules. On se régale.

Havelock
Havelock

16 février : Kaiteriteri => Westport

On se réveille sous la grisaille, nous ne sommes plus habitués😅.

Nous allons découvrir le Split Apple Rock, entre Kaiteriteri et Marahau, sur une magnifique plage avec des grottes où l’on peut rentrer par un endroit et sortir de l’autre.

Le Split Apple Rock est un énorme rocher à 50 m du bord, coupé net en 2. L’origine de cette cassure franche est inconnue. Peut-être est-il arrivé ici il y a des millions d’années suite à des météorites?

Il pleut dans le Park Abel Tasman. C’est un parc national accessible à pied ou en bateau uniquement. Sous la pluie, nous ne sommes pas très motivés de partir en randonnée, nous continuons et roulons pour Westport.

La route nous fait découvrir toutes les plantations de Nouvelle-Zélande. Nous apprenons ce qu’est et comment pousse le houblon, pour produire la bière. Les vignes ont des pieds beaucoup plus hauts qu’en France, et des pommiers sont également différents des nôtres, avec des branches partant du bas du tronc. Les plantations de kiwis sont protégées sous des grandes moustiquaires.

Les grillons sont toujours de la partie, depuis notre arrivée en Nouvelle-Zélande. Nous dormons près d’une cascade, au top, malgré les Sun flyes. Une poule faisane joue au foot avec les enfants et a bien aimé notre sac poubelle!

17 février : Westport=> Greymouth – TOP 10 des + belles routes côtières

Il pleut toujours. La ville de Westport n’a pas d’intérêt particulier. Nous poursuivons notre chemin.

Nous entamons la Great Coast Road, la route entre Westport et Greymouth. Elle a été élue une des 10 plus belles routes côtières du monde par Lonely Planet.

Décor grandiose entre forêt tropicale luxuriante, falaises, cascades et mer déchaînée. Le ciel est noir, les nuages se confondent avec l’écume des vagues, les falaises abruptes garnies de végétation, font jaillir des cascades coulant à flot.

Le ciel se dégage. Nous sommes à Punakaiki, un petit hameau, où se trouvent les Pancakes Rocks.

A cet endroit, les rochers sont en forme de strates fines les unes sur les autres, d’où le nom du spot : les Pancakes Rocks. Les vagues se fracassent, la balade est sublime.

Nous avons eu la chance de voir un trou souffleur, appelé phénomène de « Blowhole » en anglais. Le souffle fait un sacré bruit!

Nous dormons à Greymouth, ville étape sans intérêt mais nuit face à la mer. Nous alternons au rythme de 3 nuits en camping gratuit et 1 nuit dans un vrai camping pour se doucher, refaire le plein d’eau et une lessive si besoin.

18 février : Hokitika => Franz Josef – Découverte de la farine glacière

Nous arrivons à Hokitika, ville de la pierre de Jade.

Nous avons pu observer la sculpture de la pierre de Jade dans un atelier spécialisé. Après un petit café dans la ville, nous découvrons les Gorges d’Hokitika entre forêt vierge et pont suspendu.

L’eau a normalement une couleur farineuse bleu turquoise, qu’on appelle farine glaciaire, formée par les particules de roches. La couleur était grise aujourd’hui en raison des fortes pluies de ces derniers jours.

Le midi, quand nous n’avons pas envie de nous poser trop longtemps pour cuisiner, qu’avons-nous trouver de rapide et que les enfants adorent ?

Des NOODLES 🍜🤣 Une casserole d’eau à bouillir et HOP, c’est prêt!

Et le petit « plus » : pas de vaisselle !!!

2 h de route plus tard, c’est la fin de journée, nous arrivons dans la petite ville de Franz Josef où se trouve le glacier du même nom.

Nous trouvons un super camping, le rainforest, parmi les fougères géantes, sous la pluie qui est de retour, et les montages au-dessus de nos têtes, une atmosphère de king kong! Nous nous prélassons dans le jacuzzi à 40°C puis resto le soir, plein à craquer! Une bonne viande néo-zélandaise pour Eric !

Le village de Franz Josef a des airs de station de ski, mais au milieu de la forêt tropicale!

19 février : Franz Josef=> Wanaka : plein les yeux😃 !!!

Nous marchons pour découvrir le glacier Franz Josef, 30min A/R.

Nous marchons et le chemin s’arrête brutalement, nous ne pouvons poursuivre au plus près du glacier. Chemin fermé pour cause de mauvaises conditions climatiques et risques d’éboulements.

Malheureusement c’est moins spectaculaire que ceux que nous avons vu en Patagonie. Nous sommes assez éloignés du glacier et les couleurs sont ternes à cause du temps.

Nous réalisons à quel point nous avons été chanceux en Patagonie.

Le paysage reste cependant magnifique entre forêt, cascades et ce beau glacier. En 100 ans, nous pouvons nous rendre compte du recul de celui-ci par rapport à la photo de l’époque! Pas cool….

Continuons notre route… Alors OUI, on roule beaucoup… OUI, c’est fatiguant (surtout pour Eric) mais qu’est ce que c’est BEAU!

Il nous reste encore beaucoup de km à parcourir pour voir les autres merveilles de l’ile du Sud. Nous ne nous posons pas trop mais c’est le jeu pour pouvoir tout découvrir ce qu’on souhaite.😅

Les montagnes sont cachées par les nuages gris dont le fameux Mont Cook qui est tout proche. Nous avons réussi à apercevoir son sommet enneigé derrière le Glacier Fox en roulant.

Après les montagnes, la mer: pause à Bruce Bay.

Une baie magnifique, avec une petite estafette, arrêt parfait pour un petit café.

Que voit-on? Les dauphins d’Hector, plus petits dauphins du monde. Je croyais que c’était des cormorans au début! Belle surprise. Cela remonte le moral d’Eric, le conducteur!!!

Nous nous faisons piquer par les sandflies, il y en a partout, à chaque stops, ces petits insectes piquent et certains démangent très très longtemps après. Les démangeaisons peuvent parfois nous réveiller la nuit.

Arrêt au Lac Paringa. Le décor est magnifique!!! La forêt se reflète dans le lac. Sur la route, nous avons l’impression que les nuages à la verticale sortent de terre!

De nombreux stops « lookouts », sur la route. Obligés, nous nous arrêtons à chaque fois…

En avant pour une mini-randonnée dans les fougères géantes avec une cascade en récompense: Roaring Billy Falls Walk. Nous marchons sur les galets dans le lit de la rivière sèche en été. Bref, nous ne savons plus où donner de la tête entre cascades, gorges, rivière, montagnes, lacs, forêts, mer…🤗🤩 et tout cela dans une même journée !

Nous finissons la journée sous le soleil à longer le lac Wanaka, puis le lac Hawea. Le coucher de soleil puis la nuit étoilée nous laissent sans voix. Je m’arrête là. Le mot de mon mari sur cette journée: « c’est inracontable! »😉

20 février : Wanaka => Queenstown : Retour à l’animation urbaine

Réveil au bord du lac.

Nous trainons un peu au soleil. Enzo et Eric se baignent.

Wanaka est à 20 min de route, une petite ville charmante et assez huppée aux vues des boutiques et des maisons. Tout est mignon, très bien entretenu et avec goût. La ville semble assez récente. Sur le lac, il y a le fameux arbre, septuagénaire, qui pousse dans l’eau.

Eric se baigne. Il fait beau. On est bien!

Ensuite, Arrowtown, un beau village historique de chercheurs d’or, sur les rives de la rivière Arrow, contenant des pépites d’or. A l’époque, les propriétaires exploitaient de la main d’oeuvre chinoise pour récolter ce précieux métal. La communauté chinoise était importante et aujourd’hui, nombreux touristes chinois visitent ce lieu.

Le village a gardé son caractère d’autrefois, la rue principale est très belle. Nous pouvons voir les habitations des chinois de l’époque, très précaires, près de la rivière.

Enzo se prend pour un chercheur d’or! Il est à fond mais la collecte fût bien maigre dans la rivière😂 !

Nous arrivons vers 16h à Queenstown, ville aux aspects de station de montagne très sympa avec ses rues piétonnes et son lac. Le cadre est superbe.

C’est ici :

Des restaurants bordent le lac Wakatipu sur un ponton en bois, admirant les bateaux partant en excursion, les speedboats, les canards. On se ballade, prenons un verre. Il y a énormément de monde.

Nous aurions aimé goûter au meilleur burger de la Nouvelle-Zélande chez Fregburger, mais la queue nous a vite fait changer d’avis! Une 50aine de personnes font la queue dehors.

Les 3 campings de la ville sont complets. Nous devons nous écarter et rouler encore. A 20min de route, en longeant le lac Wakatipu, nous trouvons un camping sauvage dans les buissons, à 50m du lac. Il n’y a pas de réception mais un papier à remplir et de l’argent à mettre dans une boîte. Nous n’avions pas de monnaie. Au bout de 5min, un homme arrive à vélo, c’est le supervisor. Ouf, nous avons pu faire l’appoint avec lui.

Avant de se coucher, nous entendons les buissons bouger, nous ne sommes pas très rassurés. On éclaire à toute vitesse avec notre lampe torche, on aperçoit un opposum dans l’arbre! Trop mignon.

La vie en van :

21 février : Queenstown => Dunedin – Flânerie et dégustation de vin

Nous sommes déjà le 21, plus que 18 jours avant notre retour en France. Enzo a hâte de revoir ses grand-parents. Son rêve en revenant : aller en vélo au Leclerc acheter de l’oasis avec son papa et aller à la Grande-Récré avec sa maman pour voir les coffrets Pokemon🤣.

Nous avons réfléchi au parcours et avons décidé de ne pas aller ni au Milford Sound, ni au Doubtful Sound, qui ont tous deux, l’air magnifique mais que nous ferons une prochaine fois peut-être. Il faut 3h pour aller aux villes de Te Anau ou Manapouri d’où partent les excursions. Ça ressemble énormément aux glaciers que nous avons découverts en Patagonie, les glaciers Balmaceda et Serrano avec des belles cascades et des fjords époustouflants.

Eric se baigne dans le lac Wakatipu le matin, 3eme baignade dans 3 lacs différents pour lui! Ça raffermit les chairs! Nous décidons de flâner un peu dans les rues de Queenstown, manger dans un fast food malaisien et de faire un tour en bateau d’1h30 l’après-midi. Cette croisière « Million Dollar Cruise », longe le bord du lac aux villas de multimillionnaires d’où son nom. Ce fût sympa car nous adorons les belles maisons, mais pas exceptionnel sachant que la route longe le lac. On voit les mêmes paysages.

Nous prenons la route pour Dunedin, 4h de route mais que nous faisons en plus longtemps à cause de nombreux « lookouts » en chemin dont le fameux pont de la rivière Kawarau pour sauter à l’élastique. Des personnes sautent toutes les 5 min.

On se renseigne pour Eric mais complet pour le reste de la journée. Je me dis « tant mieux »!!!!

On dirait de la bidoche qui est balancée en l’air, et leur tête touche l’eau, c’est horrible. Ça donne des frissons rien qu’à les regarder ! Les sauteurs sont récupérés sur un bateau en bas de la rivière. Le site est très beau.

Ensuite, nous arrivons dans la région des vignobles de Gibbston Valley. On s’arrête faire une dégustation. Les enfants jouent dehors dans un jardin réservé pour eux. Un site bien pensé !

Plus que 2h30 de route avec Enzo qui demande quand est-ce qu’on arrive toutes les 10min😂.

Arrêt à Brighton, petit village à côté de Dunedin pour dormir, face à la mer😍. La pluie nous berce la nuit.

22 février : Dunedin => Presqu’ile d’Otago => Moeraki – Une excursion magique !

Découverte de Dunedin, ville aux accents écossais. La place centrale est mignonne. Il y a quelques belles églises comme en Europe. Ça me frappe à l’oeil dans des pays nouveaux comme la Nouvelle-Zélande.

Après le plein de courses, nous nous rendons sur la péninsule d’Otago pour observer les animaux.

Nous avons réservé par téléphone, un endroit où voir les pingouins mais nous découvrons les mauvais commentaires sur Tripadvisor et annulons.

Nous arrivons à l’observatoire des Albatros et sommes surpris d’être obligés de faire 1h30 de visite avec un guide et visionner un film au début, pour pouvoir observer la colonie d’albatros royaux qui se trouvent ici. Au même endroit, nous sommes aussi surpris de devoir payer pour tenter de voir des pingouins bleues de nuit sur un ponton qui est libre d’accès en journée. Tout ce business autour des animaux sauvages nous déçoit beaucoup.

Dans les airs, nous apercevons 3 albatros planer. De tête, ils ressemblent à des mouettes mais en les voyant voler, nous voyons nettement la différence. Leur envergure d’ailes est énorme. Ils sont élégants !

En dessous d’eux, quelques otaries :

Nous voulons un café. Je repère un panneau informant d’un café en haut de la colline, au dessus du spot des Albatros.

Arrivés sur place, je découvre que ce café, c’est aussi un endroit proposant une activité que je retrouve dans notre lonelyplanet: Nature’s Wonders Naturally. Nous prenons notre café. Rapidement, nous sommes conquis pour faire l’excursion dans cette réserve naturelle protégée: 1h en quad 8 roues où nous sommes sûrs à 100% de voir des pingouins bleus apparemment. Le petit must imprévu : C’est une excursion personnalisée, il n’y a que nous!

Rien que gravir la montagne et redescendre par un chemin plus que cabossé sur ce gros quad est une attraction à elle-seule.

Nous allons à trois spots différents: nous commençons sur le point culminant dominant l’entrée de la presqu’ile d’Otago. En face de nous, le Chili et l’Antarctique!

Notre guide/ ranger, un gaillard passionné et très intéressant, nous informe que la côte ici, est un couloir de migration de faune marine comprenant tous les prédateurs: requins blancs, orques, lions de mer qui mangent les bébés otaries…

Il nous fait rentrer dans des sortes de cachettes, parfaitement intégrées dans le paysage où nous pouvons observer les otaries de près sans les déranger.

C’est la période des petits! Nous sommes en février, les petites otaries ont environ 2 mois. Les naissances ont lieu qu’une fois par an à raison d’un petit par gestation. L’une d’entre elle est à 1 mètre de nous, elle nous observe sans aucun crainte. C’est trop mignon! Nous pourrions rester des heures à les observer et sommes aussi heureux que les enfants d’être ici!

Nous remontons sur le quad et arrivons sur les hauteurs d’une plage. Nous ne pensions pas pouvoir avoir la chance d’observer ces animaux en voie de disparition : les pingouins aux yeux jaunes.

Aucune présence humaine n’a eu lieu depuis 20 ans sur cette plage. Les pingouins aux yeux jaunes sont une espèce très sensible et peureuse. Ils fuient l’homme, c’est pourquoi ils sont très heureux ici. Nous avons réussi à en voir 2 aux jumelles dans la lande bordant la plage. Nous sommes émus !

C’est une espèce très menacée. Il se pourrait qu’elle disparaisse complètement d’ici 10 ans étant donné la faible reproduction et leur grande sensibilité à l’homme.

La plage devant nous, constituerait 30 % de la population de pingouins aux yeux jaunes du monde. C’est incroyable !

Ensuite, nous entrons dans un tunnel « cachette » fabriqué en bois avec des petites trappes qui s’ouvrent et se referment afin d’observer les pingouins bleus.

C’est une autre espèce de pingouins présente en Nouvelle-Zélande, moins sensible à l’homme. Ce sont les plus petits pingouins du monde.

Ces nids ont été fabriqués par l’équipe de la réserve et les petits pingouins les adorent !

Dans une trappe, nous apercevons un bébé pingouin de 2 mois puis dans une autre, un adulte, qui reste cependant pas bien grand. Il nous explique que les adultes se nichent dans ces trous pour muer, pendant 3 semaines environ.

Enfin, il ouvre une dernière trappe et ce sont 2 petits de 15 jours, adorables! Leur duvet parait tellement doux!

Reprenons le quad, les paysages sont pittoresques, nous dominons à 360 degrés l’entrée de Dunedin, la presqu’ile d’Otago. Enzo et Eva étaient morts de rire que ça bouge autant!

Une activité que nous recommandons à 200% !


Au lieu de rester sur Dunedin, nous roulons 1h30 pour être près de la plage des Boulders à Moeraki demain matin. Nous trouvons un camping gratuit donnant sur la plage, magnifique spot encore!

23 février: Moeraki => Parc National du Mont Cook – Amazing DAY ! Again!

Réveil avec un temps magnifique, pas de vent et les vagues en face de nous. Elles sont magnifiques, d’un beau bleu.

Nous allons voir le petit village de Moeraki, village de pêcheurs très coco avec 2 petits resto typiques de fruits de mer, lobster, les mollusques paua et du fish (blue cod) & chips.

Nous voici sur la plage où ont atterris les fameux rochers ronds: The Moeraki Boulders. On dirait qu’ils ont été projetés ici il y a des millions d’années. Il y en a qui sont explosés, ils ont l’air d’être creux de l’intérieur. C’est une belle merveille, prenons quelques photos, il y a un peu de monde.

C’est ici :

De l’autre côté du village, il y a un phare en bois. Eric adore les phares et est curieux de le découvrir. La promenade est top, c’est sauvage, l’eau est turquoise. Il y a des otaries partout. Un gars va plonger en masque tuba, sans doute pour ramasser des pauas, des bénitiers très prisés ici.

Après la mer, les montagnes…

3h de route et nous sommes dans le parc national du Mont Cook, l’un des plus beaux et des plus purs endroits de la planète. Le Mont Cook est la plus haute montagne de Nouvelle-Zélande culminant à 3724 mètres.

Quel hommage à ce grand explorateur du Pacifique Sud des années 1700, le fameux James Cook! Il nous fascine!🤩
Depuis l’Australie, nous trouvons toujours quelque chose de Cook dans l’air => un mont, un détroit, plusieurs baies, des îles, une rivière, même une ville… il est partout!
On lui doit la découverte de l’Australie et la cartographie des côtes NZ.

La route longe le lac Pukaki, d’une couleur turquoise laiteuse due aux particules de roche, appelée « bleu farine glacière » comme aux Gorges d’Hokitika. Le mont Cook enneigé, domine le fond de la vallée. La route est une attraction à elle seule.

En checkant sur le net, je découvre que nous sommes sur l’UNE des plus belles routes du monde et des photos s’imposent à chaque virage.

Arrivés à Mount Cook Village, nous hésitons sur quoi faire. Le point d’information pour voir les randonnées est fermé. Il y a un camping à 3 km mais sans douche.

Des douches publics se trouvent ici, dans le village, mais il y a une queue de 10 personnes.

A la tombée du jour, nous entamons une petite randonnée jusqu’au glacier Tasman.
Il ne reste malheureusement pas grand chose de ce dernier. Le paysage est très rocailleux. Les montagnes nous dominent et sur notre droite, une plaine immense avec le lac Pukaki dans le fond.

Nous sommes seuls avec le bruit des oiseaux dont les keas, ces fameux mi-aigles/mi-perroquets endémiques de Nouvelle-Zélande, qui peuvent percer les pneus des véhicules.

Nous avons réellement besoin d’une douche et allons donc au camping le plus proche. 82$ pour ne pas avoir vu sur le Mont Cook, pas de dump station pour vider notre cuve, ni la wifi. Un peu chère la prestation mais profitons pour prendre une bonne douche chaude qui nous manquait depuis 3 jours et faire une machine. Une soirée sous les étoiles, avec des lapins et des sandflies qui piquent et grattent. On comprend pourquoi tout le monde est enfermé dans leur van ou camping-car😅!

La pauvre Eva a ses jambes toutes écorchées par ces petites bêtes et la cicatrisation est très lente. Elle se re-écorche laissant des traces.

24 février : Parc National du Mont Cook => Lake Tekapo => Environ de Christchurch – Journée repos au bord du lac

Le lendemain, du camping, nous descendons nous promener au bord du lac, les couleurs sont magiques. Il y a des petits lapins partout.

Direction le lac voisin, Tekapo et le village du même nom Lake Tekapo, reconnue comme l’endroit le plus pur et le plus net de la planète pour observer les astres, éloigné de toute pollution lumineuse.

Après la visite du village, de sa belle petite chapelle en pierre et de la boutique du musée des astres, nous passons la journée près du lac, dans un petit coin que nous avons déniché, orienté soleil jusqu’au soir!

Baignade dans l’eau turquoise à 15°C mais bonne car il fait chaud, bronzette sur les cailloux, sieste et devoirs, footing pour Eric : une journée de repos parfaite qui nous fait le plus grand bien!

Nous restons pour l’apéro et le dîner avec le coucher de soleil sur les montagnes! Il fait chaud. Enzo et Eva passent leur temps à lancer des cailloux dans l’eau.

De nuit, direction Christchurch. Nous nous arrêtons sur le bord de la route à la sortie de Tekapo et dans le ciel, une chose extraordinaire devant nos yeux: une chaine d’une 50aine d’étoiles qui se suivent et avancent sur la ligne de la voix lactée. Cela ne dure que quelques secondes. Une petite étoile nous a dit de nous arrêter ici à ce moment précis! Les enfants ont également eu le temps de voir ce phénomène!

En regardant sur le net, ce sont des satellites envoyés par la compagnie Elon Musk’s SpaceX en même temps dans le ciel et ils se dispersent au bout d’un certain temps, plusieurs mois, voir des années.

Après avoir croisé une maison se faisant transporter et livrer sur la route, nous arrivons vers 1h du mat dans un camping près d’un lac infesté de moustiques. Nous ne mettons pas un pied dehors. A l’entrée de celui-ci, nous avons vu des hérissons, un opposum et des lapins bien sûr!

Nous venons de passer 2 jours dans un des endroits les plus purs et les plus beaux de la planète 🌎, chamboulés par tant de beauté!


25 février : Christchurch => Kaikoura – Découverte d’une ville après un tremblement de terre !

Nous découvrons Christchurch, une ville après deux tremblements de terre consécutifs il y a 9 et 10 ans. Des immeubles ont leur entrée condamnée, des plaques de bois barricadent les rez-de-chaussée. Une belle église n’a plus de toit. Ce n’est pas très joyeux.

A côté de cela, les immeubles sont neufs et modernes.

Shopping et bon burger avant de prendre la route pour Kaikoura.

Nous dormons sur un parking sans toilettes d’un restaurant de fruits de mer donnant très envie mais complet sur plusieurs soirs. Dommage!

26 février : Kaikoura – A la rencontre des animaux !

Une journée fabuleuse nous attend. Nous sommes tout excité!

2 excursions au programme.

Le matin, nage avec les phoques et avion l’après-midi à la rencontre des cachalots en pleine migration de l’Antarctique vers l’équateur.

Il me restera tout le temps en mémoire cette otarie passant sous moi sans me lâcher du regard, de vraies billes fixes! On aurait dit les yeux de notre chienne, Lou, les mêmes! C’est une expérience magique.

Malgré nos craintes, Enzo n’a pas eu peur, il était sur une planche de type body board avec un des 2 accompagnateurs. Encore une fois, nous étions uniquement tous les 4 sur le bateau, top! Eva est restée à bord avec le capitaine du bateau, sans rien dire, à nous regarder d’un air curieux avec nos combinaison 10mm et cagoule😂!

Merci à Seal Swim pour cette fabuleuse expérience !

L’après-midi, ce fût un vol de 40 min dans un petit avion avec Air Kaikoura Aero Club. J’étais devant à côté du pilote et les enfants derrière avec Eric. La vue est splendide sur les montagnes, la côte et la mer d’un bleu éclatant. Nous avons vu un cachalot et des dauphins.

On se rend bien compte de la taille de cette majestueuse bête de là-haut. Ce n’est pas le même type de baleine qu’en Patagonie. Ces cachalots ne font pas de grands bonds comme les baleines que nous avons vu en Patagonie, ils avancent tranquillement en faisant jaillir un grand jet d’eau à chaque souffle. On reconnait également leur tête assez particulière, toute droite. Nous l’avons vu nager en profondeur puis remonter en rejetant de l’eau. Nous sommes ravis d’avoir choisir les airs pour les observer! Un beau cadeau!

Nuit sur un parking devant la mer, très prisé car uniquement quelques places sont réservées aux vans ou camping-cars pour dormir. C’est surveillé. Au lieu de mettre des amendes, deux pervenches viennent faire de la prévention et invitent ceux, qui ne sont pas dans la zone réservée (dont nous), d’aller trouver un autre emplacement. Heureusement pour nous, deux véhicules s’en vont et nous prenons une des places. Nous étions déjà venus la veille et le matin-même pour le petit dej et tout était tout le temps complet. Cool cette fois!


27 février : Kaikoura => Akaroa – Dernière destination

Baignade du matin sur la plage devant notre van. 30 min d’école pour Enzo, footing pour Eric, au milieu des phoques.

Trajet de 4h pour Akaroa, une bourgade où s’installa la 1ere communauté française en Nouvelle-Zélande sur la péninsule de Banks. Quelques drapeaux français par-ci par là plantent le décor. Nous réservons une excursion pour le le demain.

Enzo s’éclate au camping où il a trouvé des copains français de son âge. Nous sommes quatre familles françaises en tour du monde dans ce camping.

Nous rencontrons 2 familles françaises. Nos échanges sont amusants, comme si ce qu’on faisait était quelque chose de banal. On parle d’école, du manque de confort en tente, de coupe de cheveux, des éventuelles petits ou gros bobos rencontrés, des futures destinations… c’est sympa!

28 février : Akaroa – Entre nostalgie du dernier jour et encore une belle découverte

Nouvelle rencontre avec une famille de français au camping.

L’après-midi, excursion de 2h en catamaran à moteur avec Akaroa Dolphins dans la baie pour voir les dauphins d’Hector.

Le personnel du bateau était charmant, accompagné de leur chien, mascotte et d’un petit verre de bienvenue à bord ! Merci Lonely Planet pour cette bonne adresse.

Les dauphins d’Hector sont les plus petits et les plus rares dauphins du monde. Ils sont blancs et noirs, magnifiques dans l’eau turquoise. Nous avons eu la surprise de rencontrer également deux pingouins bleues qui nageaient et des bébés phoques. Le relief de la côte est magnifique.

Dernière vraie soirée en Nouvelle-Zélande. Demain, nous serons dans nos sacs.

Nous allons à la pizzeria avec Eva. Enzo est invité à manger dans la famille de son copain. Nous prenons un verre tous ensemble avant d’aller se coucher. Les garçons jouent aux cartes.

Un tour du monde, c’est aussi cela, faire des rencontres sympas avec d’autres aventuriers!

29 février : Christchurch – Bye bye notre cher van Jucy!

Dernier jour en Nouvelle-Zélande.

Nous avions mis le réveil à 6h30 pour être à 9h50 à Christchurch pour ma dernière épilation laser chez Laserclinics. Nous prenons notre petit dej dans le mall puis faisons quelques emplettes chez K-Mart, achetons des souvenirs dans une sorte de « Gifi NZ« .

Nous faisons un coup de clean au van. Une nouvelle page se tourne, bye bye pays des Kiwis. Nous avons un petit pincement au cœur en rendant notre véhicule à l’agence Jucy. Celui-ci fût une sacrée révélation! Nous avons préféré le van au camping-car loué en Australie.

25 nuits à 4 dans ce van et même pas ressenti une petite envie de confort supérieur! Nous avons merveilleusement bien dormi et avons adoré sa conception.

Nous avions réservé la nuit chez Jucy Snooze, l’hôtel appartenant à notre loueur de van, Jucy. Jucy Snooze est un hôtel de backpackers où l’on peut dormir dans des box quelques heures. De notre côté, nous avons pris une chambre familiale, plus simple et confortable à 4. Il y a une énorme cuisine commune et un espace détente avec de gros poufs, des hamacs et un espace en plein air.

Faisons une petite pause dehors entre café et foot avant d’attaquer le remaniement des sacs. Nous devons partir aux Raja Ampat avec seulement 2 sacs de 15kg et nous laisserons le reste de nos bagages dans une consigne à l’aéroport de Jakarta.

Nous avons tout vidé, un beau bordel dans la chambre et au bout de 2h, c’est bouclé😅! Un bon Mac Do pour fêter ça! Dodo à 23h30 pour un réveil à 3h15 et décoller à 6h du matin.

Un voyage de + de 2 jours nous attend, entre avions, attentes dans les aéroports puis des bateaux pour arriver dans le bel archipel indonésien. Nous vous expliquerons cette sacrée aventure dans notre prochain article sur les Raja Ampat🏝🌏 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *