Traversée Golfe de Cascogne

Au moment de ranger le bateau pour partir, nous nous rendons compte que notre émetteur AIS ne marche pas.

Le vent n’est pas du tout de la partie, ça sent le trajet moteur…

On y va, on n’y va pas…

Finalement, l’AIS a l’air de marcher, coup de fil aux parents et aller, go, on se lance!

Les enfants, vous êtes prêts???? Ouiiiiiii.

Départ le 22/06/20 à 20h30 avec une mer d’huile.

Nous empruntons le passage des soeurs et c’est parti! 

Cordon bleu/ pâtes avec un superbe coucher de soleil aux tons violacés.

Les enfants prennent naturellement le chemin de leur cabine avec un petit livre.

Ils sont allés d’eux-mêmes, leur nid douillet devait les appeler.

Nous tirons pile ou face avec Eric pour savoir qui assure le premier quart.

A Eric le minuit- 2h!

Je vais me glisser sous la couette pour prendre des forces!

A mon tour: Ca y est, un moment que j’attendais et appréhendais en même temps, que j’avais souvent imaginé, tellement excitée de faire notre première traversée hauturière! 

Heureuse de sortir du lit et aller découvrir le spectacle dehors.

Me retrouver seule aux commandes du bateau dans la nuit, une nuit noire ce soir-là, sans lune, avec un ciel de toute beauté, les astres veillent sur Kemba. 

Mes yeux s’habituent petit à petit. C’est assez magique d’être dans le noir complet, avec le bruit des vagues sur la coque, la douce brise sur le visage, à veiller les potentiels bateaux à l’horizon. Les conditions sont idéales, seul hic, le vent n’est pas du tout de la partie et donc, c’est notre moteur qui nous pousse vers le large pour le moment et toute la nuit sans doute. Cap 226! Cap vers la Corogne! 

Toutes les 15min, tour d’horizon complet à 180degrés. Le phare des poulains s’éloigne doucement. 

23/06:

Première journée hauturière! On est pas mal du tout. Nous avons essayé sans moteur mais la vitesse est bien blafarde…

Je pourrais passer tout mon temps à regarder la mer, scruter l’horizon, nous voir monter avec la houle, tout dominer puis redescendre dans son creux. C’est tellement majestueux !!!

Pas de prise à la traine aujourd’hui, mais nous avons eu notre dose de belles surprises avec des bandes de dauphins autour de nous à plusieurs reprises 🐬 et clou du spectacle en fin de journée, avec des sauts dans le coucher de soleil. Ils nous souhaitent une belle et douce nuit. 

Merci les copains!!!

Le croissant de lune et les étoiles apparaissent une à une, à nous la 2nde nuit! Nous sommes au milieu du parcours, le point le plus éloigné de toute terre. Tous les 4, face aux éléments de la nature. C’est bon!!!

Je commence mon 1er quart de nuit et à nouveau, nos amis les dauphins jouent dans l’étrave, leur sillage reflète dans l’eau avec le plancton, c’est un moment de Grace absolu !!!

24/06:

Encore une belle journée ensoleillée. Nous sommes en maillot de bain et je ne sais pas si c’est la chaleur ou pas mais nous sommes envahis par des petites mouches collantes et petites abeilles 🐝. Qui aurait cru ici, en pleine mer!!!

Elles sont parties au fur et à mesure que la journée avançait.

L’eau est bleue marine comme en mer Med, et dire que nous avons 4000m sous notre coque!!! Nous serions curieux de savoir toute la vie qu’il y a la-dessous.

Toute la journée, la ligne de traine était déployée mais nous n’avons rien ramené hormis avoir perdu le dernier hameçon et avoir le bout complètement arraché. Celui qui a avalé cela ne doit pas être en grande forme…

La journée se passe au rythme de sieste, lecture, un peu de sport (abdo fessiers à l’arrière du bateau), dvd pour les enfants, apero, musique, danse des enfants, préparation et dégustation des repas…

Les enfants s’adaptent à merveille. Aucun n’est malade, même à gesticuler tous les 2 dans la cabine d’Enzo, ça rigole! Ils m’impressionnent.

On entend parler espagnol à la VHF, ça y est, nous sommes dépaysés!

En fin de journée, le vent monte, on coupe le moteur pour le remettre dans la nuit.

Pas d’étoiles pour cette dernière nuit.

C’est reparti pour nos quarts de 2h. On tient bon par une petite sieste récupératrice en journée chacun notre tour.

25/06:

7h45: terre en vue!

La ville de la Corogne est encore à 10h de nav…

3 majestueuses pointes rocheuses, tranchantes nous accueillent, comme porte d’entrée de l’Espagne. Nous longeons de hautes falaises noires, gorgées de grottes. Quelques oiseaux marins viennent nous saluer.

En fin d’aprem, L’arrivée dans le port de Marina Real se passe parfaitement bien.

On va s’enregistrer à la capitainerie.

Sur le ponton visiteurs, nous sommes peu nombreux, tous en escale, immat d’Helsinki, de Belgique, etc… 3 types en provenance de Concarneau sont venus faire leur plein de gazole, leur plein de bières aussi 🤣et repartent aussitôt pour Gibraltar. Ils profitent de la bonne fenêtre météo des prochaines heures.

Sur le bateau voisin, 2 autres jeunes français également en partance pour la Corse.

J’adore nous sentir voyageurs, échanger avec les autres voiliers, savoir d’où ils viennent et où ils vont. Une vraie communauté, la communauté des gens de la mer, j’adore cette sensation de vie de nomades !

C’est également un sentiment assez fort de se retrouver dans un autre pays par le biais de ses propres moyens en harmonie avec l’océan.

Allez, on se met à l’espagnol maintenant.

A nous la découverte de La Corogne, 245.000 hbts. Nous nous attendions à beaucoup plus petit! 

1 réflexion sur “Traversée Golfe de Cascogne”

  1. Comme d’habitude nous sommes épatés par la prose de Julie et son aisance a raconter les choses.
    La poursuite d’un beau voyage en famille vers des horizons nouveaux . Bon vent à tous les quatre que la nave vous soit douce. Grosses bises
    Papy & Mamy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *